Le standard SCSI et le sampling

Ou comment un standard informatique a révolutionné l'usage des échantillonneurs (sampleurs) auprès des musiciens dans les années 80/90 !

Le SCSI (abréviation de Small Computer System Interface, en anglais dans le texte) remonte à la fin des années 70. A l'origine, c'est l'ingénieur Alan Shugart (également inventeur du lecteur de disquettes et du premier disque dur 5"1/4) qui posa les premières bases de ce standard, sous le nom de SASI (Shugart Associates Systems Interface).

En 1981, Shugart se rapproche de la société NCR Corporation. Ils modifient la norme et la rebaptisent SCSI en 1986. Dixit Wikipedia, le SCSI (ou prononcer SCUZZY en anglais) « est un standard définissant un bus informatique reliant un ordinateur à des périphériques ou à un autre ordinateur. »

Ce standard fut très utilisé dans les années 80 et au début des années 90, notamment par Apple, mais également par de nombreux fabricants d'échantillonneurs, qui trouvaient là un moyen de transmettre des données beaucoup plus rapidement que par MIDI.

On pouvait enfin communiquer rapidement, avec une fiabilité accrue, et ce dans n'importe quel sens : sampleur -> sampleur, sampleur -> ordinateur, sampleur -> CD-Rom. Bref, de quoi accéder en un temps record à des giga de sons ! De plus, on disposait dorénavant d'un accès au stockage efficace et rapide pour ses précieuses informations. Terminée la sauvegarde sur 10 disquettes pour un échantillon, place au disque dur, SyQuest, Magnéto-Optique ou encore Zip et Jaz.

Les règles d’usage

Toutefois, la chaîne SCSI nécessite quelques précautions d'usage pour une utilisation optimale, dont nous allons répéter les quelques principes fondamentaux :

  • Une chaîne SCSI peut accueillir jusqu'à 8 appareils simultanément, chacun réglé sur une adresse (de 0 à 7) bien distincte. Vérifiez donc toujours qu'aucun matériel ne possède la même adresse que l'un de ses congénères, sous peine de planter le bus. Le réglage de l'adresse peut se faire via un logiciel ou bien par un compteur manuel situé sur l'appareil et affichant le numéro en cours. N'oubliez pas que par défaut, de nombreuses machines sont réglées sur une adresse impossible à modifier. Dans ce cas, identifiez-la et réglez vos autres appareils sur des numéros différents.
  • Achetez des cordons et des câbles de qualité. Quitte à payer un tout petit peu plus cher, vous éviterez des erreurs de transmission ou un appareil non reconnu. De plus, gardez en mémoire qu'une chaîne SCSI ne doit pas dépasser un total de 7 mètres maximum de câble, sachant que l'on doit prendre en compte une certaine marge de cordon non visible à l'intérieur des appareils (environ 20 cm). Dans la pratique, il vaut mieux réduire au maximum la taille de la chaîne : 2 ou 3 mètres au maximum sont conseillés.

  • Il ne faut jamais déconnecter un câble SCSI relié à une machine allumée. Même si le courant qui circule à l'intérieur de ces câbles est très faible, on n'est jamais à l'abri d'un court-circuit.

  • Toute chaîne SCSI doit être « terminée » afin d'éviter la réflexion des signaux électriques lorsque ceux-ci atteignent la fin de la chaîne. C'est-à-dire qu'en bout de chaîne, si l'appareil n'est pas « auto-terminé » de lui-même, il faudra adjoindre ce que l'on appelle un « bouchon de terminaison » sur l'un des ports SCSI.

Les connecteurs

Les premières interfaces SCSI utilisaient généralement un connecteur à nappe à 50 broches, un peu comme le connecteur à 36 broches utilisé par Centronics pour l'interface parallèle de ses imprimantes. Du coup, ce connecteur a été rapidement baptisé « Centronics SCSI » ou « CN-50 ».

La société Apple, qui fut un précurseur avec ce standard, l’a très vite intégré sur ses machines et utilisait des connecteurs DB-25 qui, également utilisés pour les câbles série RS-232 et pour connecter des imprimantes parallèles, les utilisateurs pouvaient accidentellement essayer d'utiliser de mauvais câbles, puisque l'imprimante et les câbles série s'adaptaient correctement au connecteur. Un des avantages du DB-25 était qu'il était plus petit qu'un CN-50.

Les ordinateurs portables Apple Macintosh utilisaient, quant à eux, un connecteur SCSI externe carré appelé HDI-30 (High Density Interconnect). Ces machines avaient également la possibilité de devenir des « esclaves SCSI » en se mettant en « SCSI Disk Mode », ce qui signifie qu'ils pouvaient apparaître comme des lecteurs de disque lorsqu'ils étaient connectés au contrôleur SCSI d'un autre ordinateur (en utilisant leur disque dur interne). Une fonctionnalité que l’on retrouve dans les machines actuelles de la pomme (mode Target Disk) grâce au FireWire, au Thunderbolt ou encore à l’USB.

Le SCSI et les échantillonneurs

 Marque Modèle RAM max. (Mo)
 SCSI  Compatibilité
Akai S950 2,25 non Akai S900 / S1000
Akai S1000 32 option Akai S900 / S950
Akai S1100 32 oui Akai S900 / S950 / S1000
Akai S2000 32 oui Akai S900 / S950 / S1000 / S1100 / S2800 / S300 / S3200 / MPC300 - Roland - E-Mu
Akai S2800 16 option Akai S1000 / S1100
Akai S3000 32 option Akai S1000 / S1100
Akai S3000XL 32 oui Akai S1000 / S1100
Akai S3200 32 oui Akai S1000 / S1100
Akai S3200XL 32 oui Akai S1000 / S1100
Akai S5000 256 oui Akai S1000 / S3000 / WAV
Akai S6000 256 oui Akai S1000 / S3000 / WAV
Akai MPC2000 32 oui Akai S900 / S950 / S1000 / MPC60
Akai MPC3000 16 oui Akai S1000 / S3000
E-Mu E IV 128 oui E-mu E IIIx / E-mu II - Akai S1000 / S1100
E-Mu E 4x 128 oui E-mu - Akai S1000 / S1100 - Roland S-700
E-Mu E6400 128 oui E-mu - Akai S1000 / S1100 - Roland S-700
E-Mu ESI4000 128 oui E-mu E IIIx / ESI32 / Emax II - Akai S1000 / S1100 - Roland S-700
E-Mu E-Synth 128 oui E-mu - Akai S1000 / S1100 - Roland S-700
Ensoniq ASR-10 16 option Akai S1000 / S1100 - Roland S-700
Roland S-750 18 oui Roland S-550 / W-30
Roland S-760 32 oui Roland S-550 / S-750 / S-770 / W-30 - Akai S1000 / S1100 (CD-Rom via SCSI)
Roland S-770 16 oui Roland S-330 / S-550
Kurzweil K2000 64 oui Ensoniq EPS16 / ASR-10 - Akai S900 / S950 / S1000 - Roland S-750 / S-770 - WAV - AIFF
Kurzweil K2500 128 oui Ensoniq EPS16 / ASR-10 - Akai S900 / S950 / S1000 - Roland S-750 / S-770 - WAV - AIFF
Kurzweil K2600 128 oui Ensoniq EPS16 / ASR-10 - Akai S900 / S950 / S1000 - Roland S-750 / S-770 - WAV - AIFF
Yamaha A3000 128 oui WAV - AIFF

Dossier réalisé en août 1998 par Ludovic Gombert (Keyboards magazine n°HS 18)
Mise à jour : septembre 2019

 

Pin It

Voir également...

La SYNTHÈSE FM - La plus compliquée des synthèses
La SYNTHÈSE FM - La plus compliquée des synthèses Le raz-de-marée de la synthèse F.M. remonte à 1983, avec l'arrivée du DX7. Un succès sans précédent,...
Les bases du MIDI et de l'AUDIO
Les bases du MIDI et de l'AUDIO MIDI / audio : deux manières de concevoir la musique, deux systèmes à la fois proches et différents ...
AKAI S1000 - La chronologie du système d'exploitat...
AKAI S1000 - La chronologie du système d'exploitat... Depuis son apparition en septembre 1988, la série 1000 n'a pas cessé d'évoluer. Qu'il s'agisse d'ouv...
Les LFO - caractéristiques et applications avec le...
Les LFO - caractéristiques et applications avec le... À l'instar des enveloppes, les LFO sont des modules communs à l'ensemble des générateurs de son, syn...
La COMPRESSION - Tout ce qu'il faut savoir
La COMPRESSION - Tout ce qu'il faut savoir Manier le compresseur avec pertinence et dextérité, ne rien ignorer de ses secrets, du soft knee au ...